06.84.51.59.76 helene.clouet@gmail.com

La toute jeune association FAMABOR créée en 2019 a pour but de valoriser la pratique féminine de la voile. Nous avons créé cette association avec plusieurs amis en parallèle du projet mini transat afin de mener des actions de sensibilisation sur l’égalité femmes/hommes dans le sport. 

Alors d’où cette idée nous est venue ?

Le constat > Les femmes sont peu représentées dans le monde de la voile en général.

La grande question > Pourquoi ? 

Les réponses que nous avons entendu > Beaucoup de femmes font de la voile, mais rarement en tant que skipper. Elles ne s’en sentent pas toujours « capables ».

L’action de FAMABOR > Montrer que la voile, c’est pour tout le monde ! Qu’il faut développer et valoriser la pratique féminine pour plus d’égalité dans ce sport. De manière générale, donner confiance aux femmes qui en ont besoin pour aller plus loin. L’idée n’est pas de mettre en valeur seulement la pratique féminine mais bien la mixité au sein de ce sport ! C’est tout d’abord par le biais de ma préparation et ma participation à la mini transat que je vais promouvoir ces valeurs ! J’espère que cette association perdurera après mon projet et qu’elle incitera de nouvelles femmes à se lancer !


Les membres de l'association FAMABOR

"Vaste sujet qu'est celui-ci et encore bien présent trop présent dans bon nombre de domaines. Le sport, accessible à tous, devrait repousser ces barrières d'inégalités qui ont été placées là depuis la nuit des temps. Si les Arthaud, Autissier, Macarthur, Davies se sont extirpées du lot, 90 % de la voile de haut niveau et spécifiquement la course au large reste encore très masculin, et ce parce qu'il y a toujours eu plus d'opportunités pour les hommes que pour les femmes. Avec le temps, les mœurs évoluent, les tendances changent doucement mais pas assez rapidement. Même si on commence à voir des filières féminines qui se créent dans le milieu - enfin ! Je pense que la clé reste dans la sensibilisation, dans l'éducation des jeunes et moins jeunes; pour que demain, on ne s'étonne plus de voir des skippeuses barrant des plus simples aux plus techniques des voiliers dans les régates saucisson du dimanche aux courses au large les plus réputées. Et c'est bien en donnant envie aux plus jeunes que la tendance pourra s'équilibrer !"
Nicolas
Président / Ingénieur projet
"La question de l'égalité femme-homme se pose dans le milieu de la voile, qu'elle soit sportive ou de plaisance. Dans la voile loisir, l'inégalité semble étroitement liée au manque de confiance de l'autorité du bord, souvent masculine. L'homme n'a alors pas assez confiance pour laisser la femme effectuer des manœuvres. Dans la voile sportive au contraire, on cite des exemples de femmes, on montre du doigt des cas isolés comme des exemples. Est-ce que l'égalité femme-homme ne pourrait pas plutôt venir d'une égalité de traitement? Je suis toujours assez surpris de la réaction (très positive) de mes voisins de ponton à la vision d'une femme qui dirige son bateau. Cette réaction est pour moi le symbole de la nécessité de faire de ces cas isolés une généralité. FAMABOR se doit donc de valoriser l'égalité: non pas comme une exception exotique, mais comme une valeur."
Thibault
Trésorier / Ingénieur océanographe
" Malgré une participation en progression des femmes dans les courses au grand large, les skippeuses peinent encore à dépasser les 10 % de participation. Ce n'est pas normal. Dans l'inconscient collectif, on a encore trop la vision du marin, grand, avec des gros muscles. Alors que pourtant, la voile est le seul sport, avec l'équitation, où le classement est général. Les filles ont autant de capacités que les garçons dans cette discipline. La voile, c'est loin d'être 'que du muscle'. De manière générale, les femmes se mettent plus de pression que les hommes pour réaliser de grandes choses, alors qu'elles en sont tout autant capables. Les navigatrices de l'histoire l'ont déjà démontré et pourtant, on est encore étonné quand on voit une femme à la barre... Je n'ai pas peur de dire que c'est un scandale. Je finirai par une citation de Colette : 'La femme est capable de tous les exercices de l'homme, sauf de faire pipi debout contre un mur.' Je vous laisse méditer...
Manon
Secrétaire / Journaliste

N’hésitez pas à rejoindre l’association ! Pour soutenir l’action de FAMABOR et le projet Mini-Transat d’Hélène, vous pouvez renvoyer votre bulletin d’adhésion à assofamabor@gmail.com. 

A bientôt !
"Faire de la voile, que ce soit pour le loisir ou en compétition, est un superbe moyen de prendre confiance en soi et de s'épanouir, autant pour les hommes que pour les femmes. Pour ma part, beaucoup de navigatrices m'ont inspirées et c'est en partie grâce à ces personnes que j'en suis arrivée à faire de la voile mon métier mais aussi aujourd'hui de me lancer dans l'aventure de la Mini-Transat. Quand j'étais plus jeune, c'est d'abord Ellen Mac Arthur dont j'étais très fan : en 1997, elle était la seule femme et aussi la plus jeune concurrente de la Mini-Transat. Elle a par la suite participé à de nombreuses courses au large et s'est notamment fait remarquer pour être arrivée 2ème du Vendée Globe ! C'est aussi Florence Arthaud, Isabelle Autissier et plus récemment Clarisse Crémer et Marta Guemes qui ont toutes été sources d'inspiration. Je suis aussi l'activité de nombreuses autres femmes actrices de la course au large sur les réseaux. Entourée de FAMABOR, je vais partager mon expérience Mini-Transat et tenter d'ajouter ma petite pierre à l'édifice !"
Hélène
Skipper mini 697
Fermer le menu